La gentillesse te perdra


Une amie m'a donné un pari : Ecrit un Os sans citer un seul nom
Je l'ai fait, j'en ai bavé mais je l'ai faite
au début je ne donne pas beaucoup d'information sur les héros, puis au fur et à mesure, je pense que vous allez les découvrir ^^
/!\ Ce Os contient du lemon !
 
 ⓜⓞ
________________________________________________________________________________________
 

Il n'était pas là, tout le monde étaient présent sauf lui... Mais pourquoi n'est-il pas venu ? Je voulais tant le revoir...
On est à la guilde, c'est le jour de l'an, le maître à invité plein d'autre guilde : Blue Pegasus, Lamia Squale, et même les crime sorcière , et j'avais lourdement insisté auprès du maître pour inviter sa guilde, Sabertooth, et Makarof avait finalement cédé. Il doit savoir que j'ai fait tout cela pour lui, alors pourquoi il n'est pas là ?
Je fis sa connaissance le tout premier jour des Grands Jeux de la Magie.


~~~~~~~~~~~~1er jours des grands jeux de la magie :~~~~~~~~~~~~~~


J'ai perdu contre mon adversaire, honte à moi, certes elle a triché, mais à cause de moi, la guilde passe pour une guilde faible, et je ne supporte pas cette idée. Une fois sortie de l'infirmerie, je suis allé me promener en ville. J'ai envie de pleurer, mais pas devant tout le monde, je passe déjà assez pour une faible... Je cherche une ruelle vide... BINGO, j'en trouve une ! Je m'y précipite, m'appuie sur le mur et me laisse glisser à terre. Assise, je rapproche mes genoux de mon ventre et enfouis ma tête dedans, et me met a pleurer comme un bébé.Je reste comme ça pendant au moins une demi-heure, puis j'entends des pas dans la ruelle
Et merde, ils m'ont retrouvé ...
Je lève la tête, prête à envoiler bouler l'un des membres de mon équipe, et la SURPRISE ! L'homme que je m'attendais le moins à voir est là, devant moi :

-Qu'est-ce que tu fous là ?
-Je me promenais quand je t'ai vue...
-Ok, tu vires maintenant ? J'ai envie d'être seule là...
-Je sais que tu t'en veux, que tu as honte, mais j'ai une solution, il fit un petit sourire en coin
-Ah ouais ? Et c'est quoi, car j'aimerais bien la connaître, ta solution...
-Ben voilà faut commencer par le début : déjà, tu m'as pas mal impressionné pendant ton combat
-Ouais sauf que j'ai perdu...
-Et puis une idée et venue se nicher dans ma tête à ce moment-là, elle se cachait depuis que je t'ai rencontrée, dans la rue avec ton pote et son chat, mais elle est restée cachée jusqu'à tout à l'heure...

Petite pause sur mes pensées : ce mec, j'éprouve un truc pour lui, pas de l'amour, car ça fait 3 jours que je l'ai vu pour la première fois, mais plus une... Attirance. Une chaleur monte dans mon c½ur des que je croise son regard, c'est vraiment bizarre, car ce n'est pas du tout mon style de mec ... Et là, je me dis un truc du genre :
"Ça ne peut pas être réciproque, il a trop de fiertés pour ça, mais là ce qu'il me dit ça ressemble pas mal à ce que disent les mecs quand ils sont en kiff sur une fille... Mais c'est pas possible ma pauvre tu te fais des idées!"
Il a continué sa phrase :

-C'est bizarre, car on se connaît depuis pas longtemps.

Petite pose

-Bon, le plus simple, c'est...

Et là, ce que je n'aurais jamais oser espéré, même en rêve, se réalisa : il se pencha vers moi et m'embrassa, juste un petit baiser, tendre, pas sauvage, pas exagéré, le genre de baiser que tu ne peut pas refuser à un aussi beau gosse que lui... Je délire un peu-là ! Bref, il avait dû s'attendre à être repoussé, car il me regarde bizarrement, et comme souvent un simple geste vaut mille fois plus que des mots, je me relève, l'attrape par la nuque et l'embrasse, il demande accès a ma bouche avec sa langue, que je lui donne volontiers, et on s'embrasse comme des fous. Il me prend dans ses bras comme une princesse et me porte jusqu'à une maison, inutile de préciser que le chemin fut interrompu par des baisers, mais nous n'avons échangé aucun mot.
Je regarde attentivement la maison,ou plutôt maisonnette, elle était simple et jolie, assez petite. Je n'aurais jamais pensé ça d'un homme aussi arrogant ! Je l'aurais plutôt vu dans un château... Bref, nous arrivons devant la maison qui semblait être la sienne. Il me dit de fermer les yeux, je le fis. Il ouvre la porte tout en me portant, ce qui est si laborieux que je me retins de pouffer de rire. Il a dû me voir car il me demande :

-Qu'est-ce qu'il y a ?
-Rien rien
-Mouais...
Il réussit à ouvrir la porte et la referme directement avec le pied. Il me posa sur un lit :

-Tu n'ouvres pas les yeux avant que je revienne !
Je l'entends fermer la porte à clef. Je sais ce qu'il va se passer, je n'ai pas peur, ce n'est pas ma première fois, j'ai 19 ans après tout. Je pense surtout aux conséquences que cela va avoir pendant les jeux. Peut-être aucune, vue que personne ne le saura ... En l'attendant, j'essaie de me repérer. Les draps semblent êtres en soie, vu leur texture. La maison doit être près d'une rivière, car j'entends le bruit de l'eau.

-Va-y, tu peux ouvrir les yeux.

Il m'a fait peur ce con ! Bon, j'ouvre mes yeux et observe la pièce. Elle est plutôt petite, mais très élégante. Les meubles et les murs sont taupe, plus ou moins clairs. Une lampe dans un coin de la pièce éclaire d'une couleur miel la pièce, ce qui donne un côté chaleureux. Les volets sont fermés (ouf!), mais la rivière doit sûrement être derrière... Mon regard se porta sur lui ouah ! Il s'était changé, et maintenant, il a une chemise blanche ouverte sur ses magnifiques abdos (qui, soit-dit-en-passant, me feraient baver) et un jean (qui lui sera enlevé dans moins de 5 minutes!). Ça change de cette tenue un peu ringarde qu'il met d'habitude ! Bref, il me regarde d'un air pervers, que je dois lui rendre vu comment je suis excitée ! Il se rapproche du lit, et se met à califourchon sur moi, qui suis allongée sur le dos. Il commence à m'embrasser, et ben, j'ai jamais roulé une pelle à un mec comme ça ! Je lui enlève sauvagement sa chemise, et l'envoie quelque part dans la chambre. Il fait de même avec mon T-shirt. Je baisse une seconde les yeux sur mon soutien-gorge, ouf ça va, j'ai mis mon ensemble blanc. Il faut savoir que des fois, je me tape des délires sur mes sous-vêtements, qui sont souvent ridicules. Il m'enlève doucement ma mini-jupe, tout en m'embrassant, et l'envoie rejoindre le T-shirt. Je me retrouve donc en sous-vêtement dans le lit d'un mec que je ne connais que depuis 2 jours, qui aurait pensé que je suis comme ça ?, il s'interrompt deux secondes pour me contempler, puis reprend son action, il m'embrasse fougueusement, je lui défet le bouton de son jean, puis la braguette, tout cela très doucement pour le faire patienter, lui faire comprendre que je ne suis pas une fille qui ne pense à rien d'autre qu'au plaisir, mais n'y tenant plus, il enlève sauvagement son pantalon, dévoilant un boxer, où son plaisir est exprimé par une boule. Il me fit un suçon dans le coup, comme pour dire que je suis à lui et à personne d'autre. Puis sans attendre, ni aucune délicatesse, il me prit par surprise et mit 2 doigts brusquement dans mon intimité, par dessous ma culotte.Je pousse un petit cri de surprise ok il veut la jouer comme ça! Il fait des vas et viens, je me courbe légèrement, mes mains dans son dos, le griffe, histoire de marquer mon territoire.Je me laissa aller au plaisir, mmmh que c'est bon! . Je pousse un gémissement, je n'en peux plus. Il retire ses doigts, pensant enfin concrétiser, mais je ne le laisse pas faire, il me prend pour qui ? Je le pousse sur le côté, pour qu'il se retrouve sur le dos, puis me met dessus, il grogne, c'est vrai que ce doit être un "mâle dominant", changeons un peu. Je l'embrasse, effleure la boule formée sous son caleçon, il grogne, mais mon fort, là plus de plaisir que de mécontentement haha! Je glisse ma main sous son caleçon et caresse son membre. J'ai tellement envie de passer à l'acte, mais je me retiens. Je m'empare de son membre et fait des vas et viens dessus. Il n'en peux plus, ça se voit, il me prend et me retourne brusquement et sans aucune délicatesse. Il colle sa bouche contre la mienne et retire mon soutien-gorge, il me prend les seins dans ses mains, sans lâcher ma bouche, il ne fait pas les étapes un peu à l'envers ? Mais bon, il s'y prend plutôt bien, il laisse ma bouche et descend la sienne le long de mon corps, passe entre mes seins, qu'il lâche, arrive au nombril. Il descend ma culotte le long de mes jambes et la retire. Il reprend possession de ma bouche et me pénètre d'un coup, sans prévenir. Je crie, mis de surprise mis de plaisir. Il reste en moi, sans bouger, mais qu'est-ce qu'il attend ?! Je bouge le bassin histoire de le faire commencer, ça marche et il commence... D'abord doucement, puis de plus en plus vite. Très vite, je m'abandonne au plaisir, oubliant la honte, la tristesse et tous les autres sentiments pas très agréables, je ne pense plus qu'au plaisir, plus qu'a ce qu'il aille plus vite, plus loin, plus fort au fur et à mesure qu'il accélère, nos souffles se mêlent. Je suis à l'extase, je jouis, lui aussi, il se vide en moi. Il y reste un moment, en moi, puis se retire, la dernière chose que je vis avant de sombrer dans les bras de Morphée fut le sourire triomphant qu'il eut.
Je me réveille le lendemain matin, je me retourne, m'attendant à voir l'homme avec qui j'ai partagé la nuit, mais je tomba sur... Du vide, ben oui, il n'était pas là. Je vis un mot :

"J'ai dû partir, car si ma guilde ne m'aurait pas vu aux premières heures, ils seraient venu ici, et ca fallait mieux éviter...
Tu trouveras de quoi manger dans la cuisine, prend une douche, fait comme chez toi!
PS : quelle super nuit..."
Ouais, il a raison : quelle super nuit...
Sur la table de chevet, je trouve des pilules d'urgence, ces petites merveilles introuvables qui empêchent de tomber enceinte après l'acte forcément il ne veut pas de gosse sur le dos... J'en prend une, remarquant que la plaquette est déjà à moitié vide combien de filles comme moi a-t-il déjà eu? Puis enfile sa chemise d'hier, puis je vais explorer la maison : je trouve la cuisine, il y a sur le plan de travail une assiette enveloppée d'alu. Je regarde ce qu'il y a dessous : des pancake, encore chauds, Cool ! J'en mange quelque uns, mais pas beaucoup, je n'ai pas très faim... Puis je vais dans la salle de bains et prends une douche, je reste une bonne demi-heure sous l'eau brûlante, avant que : merde quelle heure il est ? Je sors en vitesse et cherche une horloge, il y en a une dans le salon : 10h30, les jeux commencent à 10h40!! Je retourne dans la chambre, m'habille en vitesse et sort en courant, sans fermer à clef puisque de toute façon je  les ai pas, les clefs. Je cours dans la ville, avant de m'apercevoir que je suis totalement pommée ! Personne dans les rues... Je m'arrête de courir réfléchit à un moyen ! Pixis !
 

[...]
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
 

En y repensant, je pense que je n'aurais jamais laissé cela se passer si j'avais été en état normal... Durant tous les jeux, il avait fait comme si rien ne s'était passé... Peut-être, pour lui, c'était juste une histoire d'un soir, comme une autre, je n'étais qu'une simple fille comme tant d'autre, il avait profité de ma faiblesse pour passer un bon moment... De toute façon, je pense que c'est mieux ainsi... Enfin, c'est le jour de l'an, je vais en profiter ! Et comme dans toutes fêtes du nouvel an qui se respecte, il y a de l'alcool en quantité, c'est le mage des cartes qui doit être contente. Je suis assise au bar, et discute avec mes amies, de tout et de rien, tout en buvant des cocktails maisons fait par notre barmaid. Au bout d'un moment, n'y tenant plus, je dit d'un air dégagé, comme si ça m'était égal que je ne l'avais pas vu:

-Ah ouais ? C'est vrai que je ne le vois pas...
-C'est bizarre, surtout lui, il loupe jamais une fête...
-C'est sûrement qu'il n'a toujours pas digéré sa défaite !
-Ouais, tu as raison !
Je me fais des films, il n'aurait pas loupé une fête juste pour ne pas avoir à me parler...
La soirée suit son cours et j'ai, malgré moi, beaucoup bu. La musique monte, signe que tout le monde est invités à danser. Je vais sur la piste de danse, et bouge au rythme de la musique. Pendant une chanson, j'aperçois que mon compagnon de mission me fixer, mais je n'y fais pas attention. Bientôt, un slow se fait entendre, et je soupçonne la barmaid d'en avoir eu l'idée. Comme je n'ai pas de cavalier, je me dirige vert le bar, quand quelqu'un m'attrape le bras, je me retourne et vois l'homme que j'avais surpris à me regarder quelques minutes plus tôt. Il me tire avec lui, une fois arriver vers la piste, m'attrape aux hanches et me regarde. Je comprends vite ce qu'il veut, enroule mes bras derrière son coup et nous tournons lentement. Avant la fin de la chanson, il me porte et m'emmène au-dehors de la guilde. Je me laisse faire, croyant à une surprise. Puis il s'arrête dans un parc, à côté d'une fontaine.
Il me prend par la taille, m'embrasse, et sans aucune délicatesse me rentre sa langue dans ma bouche. Pour sa défense, il doit être au moins aussi bourré que moi. Ses mains descendent, pour arriver à mes fesses. L'alcool embrouille mon esprit, et je me laisse aller au plaisir et enroule mes jambes autour de lui. Il m'amène jusqu'à chez moi, en passant par la fenêtre bien sur, et me plaque contre le mur. Je rigole, sans raison, à part la folie de l'alcool. Il me lâche, enlève sauvagement son T-shirt et son pantalon, puis arracha ma robe, à proprement parler :

-Hé ! Tu sais combien elle m'a coûté ?
Il se contenta de sourire, il mit ses mains sur mes hanches nues, remonta jusqu'à mon dos, et détacha mon soutien-gorge. Je respire fort, lui aussi. Il commence à descendre ma culotte. Avec le peu de bon sens qu'il me reste, j'essaie de le repousser, mais dans ma tentative désespérée, je pose mes mains sur ses épaules, dans l'intention d'utiliser la force pour le décoller de moi, mais il prend ça pour un geste sensuel et finit de retirer mon dernier vêtement. Puis je perdis le contrôle de mon corps. Toujours debout contre le mur, je le sentis se coller à moi et, derrière le seul bout de tissu qui le sépare de moi, sens son désir s'exprimer. Il pose ses mains sur mes seins. Non ! Il les masses, je gémis, mais, comme tout à l'heure, il l'interprète mal.

-Arrête ! Dis-je dans un souffle
Mais il ne peut pas, maintenant, il est lancé et son désir est trop grand ! Il détache enfin ses mains Est-ce terminé ? Va-t-il se contenter de ça ? Mais non, il retire en une fraction de seconde son caleçon, et rentre en moi.

-Han !
D'un coup, l'effet de l'alcool se dissipe, je lâche une larme. Non ! Pourquoi me fait-il cela ? Lui, il y prend du plaisir. Le sentir remuer en moi est un supplice. La douleur est si intense, si insupportable, maintenant les larmes coulent sans que je puisse les retenir.J'attends que tout ceci cesse, que ce ne soit qu'un cauchemar ! Le mur dans mon dos, je ne peux m'échapper ! Il donne des coups de reins de plus en plus vite, de plus en plus loin, la douleur devient intenable, je transpire, hurle, lui, il jouit criant mon nom. Stop ! Arrête-toi ! L'entendre, le sentir, tout cela, je n'en peux plus ! Je voudrais m'évanouir, ou au moins être encore sous l'effet de l'alcool, mais non, j'ai toute ma raison et ressens tout ce que je peux ressentir. Puis il s'immobilise, en moi, et le reste. Pousse-toi ! Mon corps ne m'obéit pas ! Enfin, je sens un liquide se déverser en moi, ce liquide, qui, en temps normal procure tant de bien être, me brûle. Je crie de douleur, mais mon cri est tellement faible qu'il n'y fait pas attention, maintenant, c'est trop tard de toute façon, mais c'est fini, c'est la fin du supplice !
Mais il ne sort pas de moi, au lieu de cela, il prend mes jambes de façon à les enrouler autour de son corps et me porte jusqu'à mon lit. Une fois dessus, il s'allonge sur moi, et enfin se retire, me fait un petit sourire, sèche mes larmes et s'allonge à côté de moi. Pourquoi n'a-t-il rien dit sur mes larmes ? Croit-il que j'étais encore vierge ? Sûrement... Épuisée, je m'endors.
Je me lève tôt ce matin-là. Mes souvenirs sont flous, mais quand je me retourne dans mon lit, je vois l'homme avec qui j'ai fait hier des choses dont je n'aurais jamais voulu faire. Je me lève d'un coup, fonce dans ma douche, et me frotte tout mon corps, comme si j'étais sale. Je réfléchis aussi. Ce garçon, malgré ce qu'il m'a fait, est mon meilleur ami. Je ne veux pas lui faire de mal, et je sais qu'il m'aime sincèrement. S'il apprend ce qu'il m'a fait endurer hier, cela le détruirait. Et puis ce n'est pas comme si je n'éprouvais rien pour lui, c'est seulement que je n'étais pas prête ! Enfin, c'est ce que j'essaie de me convaincre. Je décide de ne rien dire. S'il faut, il aura tout oublié, et je n'aurais pas à faire un choix... Car en effet, j'hésite à faire semblant. Pour lui... Je sors de la douche, m'entoure d'une serviette à la taille et aux cheveux, et retourne dans ma chambre affin de m'habiller et y retrouve mon "compagnon", assis sur mon lit en caleçon, qu'il devait avoir remis. Je referme la porte, et en l'entendant, il tourne là te vers moi, me voit, sourit, se lève, s'approche, retire la serviette qui retient mes cheveux. Il met sa main derrière ma tête et m'embrasse, mais cette fois doucement et tendrement.Il n'a pas oublié... Cependant, je ne peux m'empêcher d'y prendre un certain plaisir. Il descend sa main vers le n½ud qui retient ma serviette, et
commence à la défaire, sans lâcher ma bouche.

-Non...
Il stoppe le baiser et me regarde d'un air interrogatif trouve une excuse ! Vite !

-Je suis épuisée.
-Pas grave, tu n'auras rien à faire !
-Non, euuuh... J'avais prévu de partir en mission, tôt, je suis déjà en retard.
Il a l'air déçu, mais un sourire malin germe sur ces lèvres :
-Je t'accompagne, on prendra une chambre pour la nuit, je laisse mon chat ici, et...
Désemparée, je vais lui dire ce que j'avais sur le c½ur, mais son sourire, son air heureux que je n'avais jamais vu jusque-là m'en dissuade. Je me résigne à passer ma vie avec un homme que je n'aime pas

-J'avais prévu de rentrer ici avant la nuit, mais si ça te fait plaisir ... Je pars à la guilde, prends ton temps, déjeune, et rejoins moi après !
Cela me laisse le temps de trouver une mission. Je suis dans la rue quand... Je remonte vite chez moi:

-Hey ! S'il te plait, ne dit à personne pour l'instant que nous sommes ensemble (j'eus du mal à dire ce dernier mot), je préfère attendre !
Un "Ok" se fit entendre de la cuisine.
Une fois à la guilde, je vais directement au panneau des petites annonces, trouve une petite mission, vas voir la barmaid, lui dis que je pars pour deux jours

-Déjà ? Mais on vient de faire une grosse fête, tu ne veux pas te reposer?
-J'aimerais bien, mais le loyer n'attend pas...
-Oh... Je voulais passer une journée avec toi...
-Après-demain, promit !
 
 
[...]
~~~~~~~~~2 mois plus tard~~~~~~~~~~
 

Après la mission, nous nous étions affichés au reste de la guilde. Mira était aux anges, et notre "merveilleux couple" a fait la une du Sorcerer Magazine, le reporteur était même venu nous interviewer! Il m'a demander en mariage, naturellement j'ai dit oui, la cérémonie se passera dans 1 mois...Je sais faire semblant d'être heureuse, je l'ai fait et je le fais encore, mais je ne le suis pas, loin de là! Ça marche, mon entourage ne se doute de rien... Puis je me suis résignée. Mon père me disais souvent quand j'étais petite que la gentillesse ne me servirais à rien, et qu'elle me perdra, il n'avait jamais eu autant raison... J'ai perdu l'espoir qu'un miracle se produise, qu'un prince viendra me sauver, pauvre princesse que je suis, mais j'espère encore tomber amoureuse... Ses mots doux, ses câlins, son comportement plus protecteur que jamais feraient craquer les femmes du monde entier, mais pas moi...
Au début, c'était aussi douloureux que la première fois, mais je m'efforçais de ne rien dire, pour son bonheur. Puis, petit à petit je n'eus plus mal, je n'y prend pas du plaisir, mais c'est moins désagréable. Je n'ai pas arrêter de penser à cette nuit, celle du premier jour des Grands Jeux de la Magie. Je n'avais plus revu l'homme avec qui je l'avais passée.
Je suis désespérée, je ne sais pas ce que je vais faire de ma vie. Pourrais-je continuer comme ça pendant au moins 50 ans? Non! Mais j'adore mon coéquipier, et je ne m'en remettrais pas si je lui fait du mal. Je n'ai jamais songé a me suicider, pour deux raisons : hormis ma situation amoureuse, ma vie n'est pas si terrible que ça: j'ai des amis, une guilde ... Et puis j'ai toujours considérée ça comme un acte de lâcheté: on quitte le monde, mais les problèmes ne suivent pas, ils s'accrochent à nos proches, qu'on laisse tristes... Bref c'est sûr je compte vivre vielle !
Je suis en mission avec mon coéquipier/petit-copain, bien-sûr, nous venons d'arriver dans la ville, mais il est tard:

-Chéri, prenons une chambre pour la nuit, on commencera demain !
Aussitôt dit, aussitôt fait : un petit hôtel sympathique comprenant un restaurant et une salle de jeu nous accueille. Nous montons dans la chambre et nous installons

-Je vais à la salle de jeu, tu viens ?
-Va-y, je prends une douche et j'arrive.
Il m'embrasse et part. Je pris une douche, brûlante comme a mon habitude, et me vêtit d'une belle robe de soirée noire bustier longue et fendue sur le côté (une toute nouvelle, acquise lors d'une séance shopping avec mes amies) sort de la chambre et commence à descendre l'escalier qui mène à la salle de jeu, rate une marche et tombe dans les bras d'un homme. Je lève la tête et vois l'homme qui hante mon esprit et mes rêves depuis plus de 2 mois. Il me regarde, l'air surpris, je rougis puis souris, lui aussi. Attirés par les lèvres de l'autre par une force inconnue, nous nous rapprochons, jusqu'à ce que nos bouches se touchent, puis partent dans un baisé, mis doux mis endiablé. Il pose ses mains sur mes épaules, me plaque contre le mur, et, sans lâcher ma bouche, me caresse la hanche de sa main gauche, l'autre descend vers le bas de ma cuisse nue, et remonte doucement, légèrement, comme la caresse du vent. Il soulève ma robe au passage. Il m'a manqué, lui, ses baisers, le bonheur et le plaisir qu'il me procure, son étreinte, sa chaleur, ses cheveux d'or, ses yeux saphir, la force protectrice qui se dégage de lui, son air arrogant mais doux quand il le faut, ses muscles... Au bout d'une poignée de minutes de ce magnifique baiser, je tente de le repousser, avant que quelqu'un nous surprenne. Mais je n'y mets pas assez de foie. Puis nous nous détachons, il me regarde droit dans les yeux, ce regard qu'il avait, la nuit que nous avons passée ensembles, ce regard qui me dévore des yeux, ce regard qui me fait fondre, ce regard qui casse toutes les défenses que j'ai construites ces deux derniers mois, ce regard grâce auquel je me rend compte que je suis toujours amoureuse de lui, ce regard qui, sans que nous ne disions un mot, me fait remonter les escaliers, sortir de l'auberge, lui sur mes talons, et l'emmener dans une toute petite ruelle, à l'abri des regards indiscrets.

-Ou étais-tu? Pourquoi n'es-tu pas venu au jour de l'an ? Tu sais ce que j'ai enduré ces 2 derniers mois?
Je me m met a pleurer. Il me prend dans ses bras, je m'y love, un agréable sentiment de protection m'envahit. Il me caresse les cheveux :

-Chut, je suis là maintenant !
Je répète :

-Où étais-tu ?
-J'avais besoin de réfléchir, et puis après ton nouveau couple était sur la bouche de tout le monde, et je me suis dit que c'était trop tard. Et puis j'ai vu l'autre imbécile dans la salle de jeu, je suis parti avent de l'étriper sur place, et tu m'es tombée dessus.
Je murmure

-Mais... Tu m'aimes ?
Il se détache de notre étreinte, s'écarte un peu de moi, me prend le menton, me relevant la tête de façon à ce que je le regarde. Il plante ses yeux dans les miens, et répond, sincère et sûr de lui :
-Oui, depuis le premier jour.
Je me hisse sur la pointe des pieds, pose mes lèvres contre les siennes et les retire rapidement dans une sorte de mini-baiser.

-On fait quoi maintenant ?
Il prit un ton ironique :

-On s'enfuit tous les deux et on va recommencer notre vie !
-Impossible
-À cause de l'autre, c'est ça ?
-Oui...
-Tu l'aimes ?
-Non, enfin si, mais en amitié, mais je ne veux pas lui faire du mal...
-Attend, tu es avec lui depuis 2 mois et tu ne l'aimes pas?
Je lui lance un regard plein de tristesses, de douleur et de regret avant de baisser les yeux. Il semble enfin comprendre ce que j'ai subit

-Oh l'encu**! Je vais le tuer ce fils de ***!
-NON ! Tu vas tuer personne. Je marque une pause, réfléchissant, toi tu vas partir, loin, et tu reviens dans 3 jours à ma guilde et on verra, ça me laisse le temps de réfléchir.
 
Sur ce, je n'attends pas de réponse, lui tourne le dos, et part vers l'auberge. Sans me retourner, je sais qu'il me suit, je l'entends. Je descends à nouveau les escaliers, et arrive à la salle de jeu. J'aperçois d'abord le jumeau de l'homme avec que j'ai embrassé comme une folle il y a moins d'une demi-heure, puis mon fiancé, en train de jouer au billard. Je me dirige vers ce dernier, tout en constatant que le blond rentra dans la salle. Je marche vers celui qui fait une partie de billard , ce dernier me voit, pose sa canne et viens vers moi. Il met ses mains autour de ma taille, puis dans mon dos, celle de gauche descend un peu trop, jusqu'à mes fesses, me faisant frissonner, et il m'embrasse, passant nonchalamment sa langue dans ma bouche, non mais quel idiot! j'entends un bruit de fracas derrière moi, et une fois que le roulage de pelle(il n'y a que ce mot pour le définir) se finit, je me retourne discrètement, pour voir un jeune homme blond pousser violemment son jumeau qui essayait de le retenir, avant de se diriger vers nous. Son regard, plein de colère et d'envie de meurtre, croise le mien, qui est emplit de peur et de tristesse. Mais il ne se calme pas, loin de la, il arrive à notre hauteur, et envoie une droite à l'homme qui me tiens dans ses bras. Ce dernier, sous la violence du coup, tombe par terre

-Arrête !
 
Il continue à le frapper.

-Stop ! Calme-toi !
 
Celui qui est à terre se relève, et un violent combat mêlant poings et magie s'enclenche. J'ai beau crier, ils ne s'arrêtent pas. Un groupe de personnes s'est rassemblé autour de nous. Quand une forme noire interpose entre les deux jeunes gens, qui s'arrêtent tout de suite. Mon fiancé regarde les deux qui ont la même magie que lui, puis moi, et me dit

-Viens, on s'en va !
 
Je commence à m'avancer quand une main me retiens, et m'attire vers des bras protecteurs. Sans m'en rendre compte, je me blottis dedans, ce que l'homme qui m'a tant fait souffrir involontairement, semble ne pas comprendre, a en juger par son regard stupéfait. Beaucoup de personnes nous regardant encore, je juge que ce n'est pas le bon endroit pour discuter. Je sortis de la salle de jeu, les autres sur mes talons, et me dirige vers la chambre, que je ferme à clef et équipe du sort insonorisant fourni avec la clef. Toujours blottie contre l'homme que j'aime, je regarde mon fiancé. Il va falloir que je lui dise... C'est trop tard pour faire marche arrière...

-Elle ne t'aime pas.
 
Je me retourne vers celui qui avait parlé, celui qui me tient dans ses bras.
Je murmure

-Tait-toi!
 
Mon fiancé semble ne pas comprendre, puis il me regarda d'un air interrogateur.

-C-c'est vrais?
 
Je baisse les yeux.

-Oui
 
Il s'effondre, au sens propre du thermes : ses genoux heurtent le sol, et il enfouit sa tête dans ses mains. Je veux aller l'aider, le réconforter, mais je sais que ça ne ferait qu'empirer les choses

-Pourquoi ? Murmure-t-il Pourquoi ne pas m'avoir repousser ?
-J'avais bu, et tu avais l'air tellement heureux ...
-Oh mon dieu...
 
Il a l'air détruit, c'est horrible, de voir un ami comme ça et de ne pas pouvoir l'aider, d'autant plus que c'est de ma faute.

-Viens, dit-il doucement.
 
C'est ce que je fais, et au moment de fermer la porte, je me retourne pour voir une dernière fois mon meilleur ami, puis ferme la porte et dit :

-Ne fais pas de bêtise...

Nous allons, les deux dragons et moi, à la gare, où j'appelle la guilde pour qu'ils envoient quelqu'un soutenir mon ancien compagnon, sans citer la cause.
Nous rentrons à Magnolia, sans un mot, je vais à mon apart', prend quelques affaires et laisse un mot sur la table comme quoi je prends des vacances.
 

[...]
~~~~~~~1 mois plus tard~~~~~~~
 

Après 2 semaines de vacances, je suis rentrée à la guilde, j'ai fait des missions, et évite le plus possible les gens. En fait, je ne leur ai pas encore vraiment parlé depuis un mois, et je redoute leur réaction. C'était la barmaid qui s'était occupée de mon ex-fiancé, et il lui avait tout raconter. Et tout le monde sait qu'elle ne sait pas tenir sa langue. Du coup, je passais en éclaire prendre une mission et repartais tout de suite. L'autre triste héros de cette histoire fait de même, il refuse contact et ne prend que des missions longues et périlleuses.
 
Côté amour, c'est le pied, on se voit au moins 1 fois par semaine, plus les week-ends, tantôt chez lui, tantôt chez moi, ou dans des villes inconnues, où nous louons des hôtels hors de prix avec grâce à son salaire. Il n'a pas quitté sa guilde, mais envisage de le faire pour emménager dans une nouvelle maison, a Magnolia. Il a changé, il est passé du jeune homme arrogant à l'amoureux attentionné et protecteur.
Ce matin, il doit venir pour passer le week-end ensemble, et je nous prépare un magnifique petit déjeuné Américain quand l'envie soudaine de vomir me prend. Je cours vers les toilettes, et me vide. Merde, je suis malade ! Mais les nausées qui me prennent, le fait que je ne supporte plus l'odeur du bacon grillé, me font penser à quelque chose de bien plus grave. Je cours à la pharmacie la plus proche et achète un test de grossesse, l'essaie et m'installe sur le canapé, attendant le résultat :
 
-MERDE !
 
Au moment où je pousse ce cri, la porte s'ouvre sur l'homme que j'attendais. Il me regarde, ne comprenant pas. Je lui lance le test de grossesse positif, il le regarde et dit :

-Mais c'est génial !
-Non ! Je me mets à pleurer.
 
Il me prend dans ses bras.
 
-Qu'est-ce qu'il y a de si horrible ?
-Et si tu n'étais pas le père...
-Ne me dis pas que...
-Si, on ne se protégeait pas.
-Je l'élèverais comme mon enfant, qu'il le soit ou non.
-Mais je ne suis pas prête à avoir un enfant!
-Ne t'inquiète pas, on surmontera cette épreuve ensemble
 
Il m'embrassa.

-Je t'aime.

________________________

Note de l'auteur:
 
Ça fait depuis une éternité que je suis sur cet Os! Donc ENFIN terminé :)
Bref le pari de mon amie était, dur, j'ai l'impression qu'il y a beaucoup trop de répétition, mais ce n'éatais pas évident
j'aime bien la fin comme ça ^^
Mon but, c'était de faire pas trop gnian-gnian, car bon les gens qui disent que Lucy en est encore à son premier baiser, je trouve ça abusé! C'est une jolie fille, elle est forcément déjà sortie avec un mec!
Bref je me suis taper des kiffs sur les pensées de lucy (En italique).
Pour les mecs, c'était bien sûr Sting et Natsu!Vous avez deviner à quel moment?
Bref critiquer, allez y pour que je m'améliore :)
Si vous pouvez, allez donner votre avis sur cet article
R.E.P.E.R.T.O.I.R.E

Kanna

Tags : Os - écrit

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.41.91) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Love-Fictions-2000

    30/03/2016

    Ne pas citer de prénom...dur mais tu a merveilleusement bien reussi cet OS !
    On comprend bien de qui tu parle a chaque fois, et egalement l'histoire.
    Le fait que tu ne fasse pas voir Lucy comme une "Sainte Nitouche" est vraiment une bonne idee, et tu a tout a fait raison !
    J'adore !

  • demon2308

    28/05/2015

    Super j ai deviner des que tu les a citer les deux

  • fic-mangas-lucy

    02/04/2015

    celui ci aussi est géniale ^^

  • kanna-alperona-FT

    17/02/2015

    jadouu-vermignon wrote: "Mais il est quand meme bien "

    merci ^^ c'est juste que je voulais changer de d'habitude

  • jadouu-vermignon

    17/02/2015

    Mais il est quand meme bien

  • jadouu-vermignon

    17/02/2015

    Bof j'aurais prefere l'inverse :'(

  • mimi97231

    15/11/2014

    que dire a part que c tous simplement génial?!!

  • kanna-alperona-FT

    07/09/2014

    kamydamon wrote: "j'adore trop coool, au debut j'ai crus que c'est juste un coup d'un soir entre sting et lucy mais au fur et a mesure de lire j'ai vus qu'il s'aimaient bien en faite juste deux mots : VIVE LE STINGLU "

    Hum... Sauf erreure de ma part, ça fait 3 mots ^^ *je rigooole*
    Bref, merci pour tout! :*

  • kamydamon

    07/09/2014

    j'adore trop coool, au debut j'ai crus que c'est juste un coup d'un soir entre sting et lucy mais au fur et a mesure de lire j'ai vus qu'il s'aimaient bien en faite juste deux mots : VIVE LE STINGLU

  • Lovely-Manga-Pictures

    20/08/2014

    Oh c'était génial! *^*
    Même si je suis pour NaLu, j'ai adoré!
    J'ai tout de suite deviné qui ils étaient,dès les premières lignes.
    Je suis d'accord pour Lucy,elle est beaucoup trop attirante pour n'être qu'a son premier baiser!
    J'adore ton style d'écriture.~
    Continues comme ça!

Report abuse